Chômage : quel relais pour le remboursement du prêt ?

Publié par Claire le 7 août 2013 dans Conseils

La perte d’emploi peut être dramatique pour l’équilibre budgétaire d’un ménage. Dans ce cas, qu’advient-il du remboursement du prêt ? Selon les situations, celui-ci continue à être remboursé, est remboursé autrement ou ne peut plus être remboursé. Pour chaque hypothèse, un cadre légal existe.

Continuer à rembourser le prêt

Bien évidemment, le remboursement d’un prêt est l’un des derniers postes de dépense dans lequel il faudra couper en cas de difficultés financières. Ainsi, il est nécessaire de continuer à rembourser le prêt. Pour cela, plusieurs solutions sont possibles :

 

  • réussir à rembourser le prêt dans les conditions habituelles, parce que l’allocation chômage et les économies réalisées sur les loisirs le permettent

 

  • faire jouer une clause du contrat de crédit permettant de faire baisser les mensualités de x % (prêt immobilier)

 

  • renégocier le montant des mensualités avec l’organisme de crédit

 

  • faire jouer l’assurance perte d’emploi contenue dans l’assurance du prêt

Trouver une alternative au remboursement du prêt

Une personne triste à cause du chomageParfois, il n’est pas possible de rembourser les mensualités, même si celles-ci sont revues à la baisse.

Dans cette hypothèse, le rachat de crédit peut être une solution à envisager. Un rachat de crédit permet de faire baisser le montant des mensualités, malheureusement en allongeant la durée et donc le coût du crédit.

Toutefois, pour un budget soudainement rétréci, cette option peut être une solution à envisager. Le rachat de crédit est généralement effectué auprès d’un autre établissement de crédit que le prêteur d’origine.

Arrêter de rembourser le prêt

Quand on évoque l’arrêt des remboursements, on ne parle pas d’une suspension pure et simple des versements. En effet, l’arrêt des remboursements doit être effectué dans un cadre légal. Voici quelles possibilités s’ouvrent à la personne ayant perdu son emploi et vivant des difficultés financières :

 

  • faire jouer la clause du contrat de prêt permettant de reporter une ou plusieurs échéances (prêt immobilier)

 

  • négocier le report de plusieurs mensualités avec son banquier.

 

  • demander un délai de grâce à un juge.

 

  • formuler une demande de secours ou de prêt d’honneur à la CAF.

 

  • engager une procédure de surendettement auprès de la Banque de France

Attention, l’ensemble de ces procédure ne font que redispatcher le remboursement de la dette. Dans tous les cas, il faudra un jour rembourser. Néanmoins, quand on est face à une perte subite de revenus, quelques mois pour se réorganiser et redresser la situation sont parfois nécessaires.

 

Quelle que soit la solution que vous choisirez, vous remarquerez que le prêteur demeure votre interlocuteur privilégié. En effet, au moindre problème financier, vous devez le contacter. Vous pourrez ensemble trouver une solution, avant que la situation ne devienne vraiment alarmante. Si l’organisme de crédit reste malheureusement sourd à vos demandes, vous pourrez ensuite mettre en oeuvre les procédures décrites ci-dessus.

 

Attention, si vous bénéficiez d’une assurance chômage dans le cadre de votre assurance emprunt, prévenez également votre assureur dès le jour de votre perte d’emploi. Suite à un délai de carence, il pourra prendre le relais sur les remboursements.

Partagez ces bons plans avec votre entourage !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *